Mutuelle familiale

Prime naissance et mutuelle : à quoi a-t-on droit ?

L’arrivée d’un ou plusieurs enfants au sein d’une famille est toujours une immense source de bonheur. C’est la vie toute entière du foyer qui est bouleversée, notamment lorsque les formalités administratives faisant suite à la naissance se bousculent. De la déclaration en mairie aux démarches auprès de la Sécurité sociale, ce ne sont pas les impératifs qui manquent. Mais qu’en est-il du rapport avec l’organisme de mutuelle familiale ayant vocation à assurer une bonne prise en charge des dépenses de soins ainsi que des garanties étendues ? En quoi une naissance peut-elle avoir des conséquences sur l’évolution de la couverture proposée par la complémentaire santé ? Pourquoi faut-il la prévenir ? Quelle prestation financière propose t-elle en parallèle de la prime de naissance délivrée par l’Assurance maladie ? Autant d’interrogations sur lesquelles il convient de revenir afin que l’accueil de bébé ne rime pas avec difficultés financières liées aux frais médicaux… 

Prendre soin de déclarer la naissance auprès de la mutuelle santé

À côté des formalités obligatoires inhérentes à la Sécurité sociale, il est nécessaire pour les parents, comme pour tous les ayants droits, de demander le rattachement du nouveau-né à leur contrat d’assurance santé. Une démarche qui peut d’ailleurs à l’occasion entraîner un coût supplémentaire, ce qui nécessite de bien étudier le contrat en vigueur. Outre la question pécuniaire, il apparaît certain que la procédure de déclaration auprès de la mutuelle est d’une grande simplicité, ouvrant de telle sorte la voie pour le nouveau-né au remboursement total ou partiel des frais de santé non assurés par l’Assurance maladie. Ainsi, dès l’arrivée de l’enfant et par la suite tout au long de sa croissance, toute mutuelle offre des garanties pour des prestations souvent coûteuses comme les dépassements d’honoraires, les vaccins, l’optique, l’orthodontie, l’ostéopathie ou encore la radiologie. Sans compter que des services de prévention ou d’assistance peuvent éventuellement figurer dans le contrat. 

Grâce à une mutuelle, le versement d’un forfait de naissance

À ne pas confondre avec la prime de naissance accordée par la Sécurité sociale et versée par la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) pour un montant oscillant entre 923 € et 941 €, certaines mutuelles ont également vocation à verser une aide financière qualifiée de « forfait de naissance ». La somme délivrée sans condition de ressources est pour le coup très variable dans la mesure où elle n’est pas identique d’une complémentaire santé à l’autre et diffère selon les différentes formules proposées. Sans compter la soumission à un éventuel délai de carence. Ainsi, l’écart peut être considérable, pouvant aller de 50 € à 1000 € pour quelques contrats mutualistes spécialisés dans les questions de grossesse. Toutefois, la moyenne est plutôt à trouver autour de 200 €, ce qui demeure tout de même relativement appréciable au regard des dépenses à engager. S’agissant du versement, il intervient dans les deux mois qui suivent la naissance. 

Les démarches à accomplir pour bénéficier du forfait naissance proposé par la mutuelle

Si avant tout il convient de vérifier que la complémentaire santé initialement choisie par devis propose bien un forfait naissance, la demande se fait très classiquement par courrier voire en ligne juste avant ou après l’accouchement. S’agissant du fond, il peut être proposé uniquement à la mère ou au père de l’enfant, seulement au parent rattachant le nouveau-né à son contrat d’assurance santé voire quelquefois aux deux parents. En outre, si la prime de naissance soumise par la CAF est accordée au regard de la situation parentale, il faut bien avoir à l’esprit qu’un cumul est possible. Dans le cas contraire, absolument rien n’empêche d’initier les démarches auprès de la mutuelle santé pour obtenir le forfait naissance. Il convient de bien distinguer les deux prestations dans la mesure où elles ne sont pas strictement liées l’une à l’autre.